evensocietefrancaiseescarre

Vinaora Nivo Slider

Diplôme Universitaire 2022-2023

Dates des cours :

SESSION 1 : LYON (Gerland IBCP) - du lundi 21 au jeudi 24 novembre 2022

SESSION 2 : LE MANS (Centre de l’Arche) - du lundi 6 au jeudi 9 mars 2023

SESSION 3 : LYON (Gerland IBCP) - du lundi 22 au jeudi 25 mai 2023

 

https://offre-de-formations.univ-lyon1.fr/parcours-876/prevention-et-prise-en-charge-des-escarres.html

Informations et inscriptions : Dr Bérengère FROMY

DUescarres@univ-lyon1.fr


TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME

 



Lieu :
- IBCP Gerland, 7 passage du Vercors 69 367 Lyon (métro Gerland) pour les sessions 1 et 3
- Centre de l'Arche - Bd de Maule - 72650 ST SATURNIN pour la session 2


 

L’escarre concerne tous les professionnels du soin, de l'infirmière au médecin. La lutte contre les escarres représente une problématique quotidienne pour les équipes hospitalières et extrahospitalières, avec des pratiques multiples et parfois divergentes. Le D.U. que nous proposons a pour justification de répondre à plusieurs besoins de ces professionnels :

· baisser la survenue des escarres,
· aider à la constitution d’un groupe «escarres»,
· actualiser les connaissances et les bonnes pratiques de prise en charge préventive et curative des escarres.

 

Objectifs pédagogiques de la formation :

 

Le but général de cet enseignement est d'apporter aux participants un ensemble de connaissances, de méthodes et de savoir-faire leur permettant de contribuer efficacement aux actions de prévention et de soins des escarres.


Les objectifs sont donc :

· Faire progresser l'information sur les escarres
· Comprendre les mécanismes de l’escarre en apportant des bases fondamentales
· Réduire l'incidence et la prévalence des escarres et leurs conséquences physiques, morales et socio-économiques grâce à des bonnes pratiques cliniques
· Optimiser les traitements préventifs et curatifs

Cette formation reposera sur un enseignement théorique et une pédagogie participative.

Les cours sont organisés en trois sessions comprenant des cours théoriques et pratiques, volontairement denses, afin de limiter le temps d’absence des professionnels de santé (forte demande des usagers). Un mémoire sera également à produire.

Total d’heures : 102

Sont admis à s'inscrire au Diplôme Universitaire, après accord du responsable de l'enseignement, les personnes suivantes, indépendamment de leur nationalité :

1) Les docteurs en médecine, les docteurs en pharmacie ainsi que les étudiants de ces différentes filières ayant validé le deuxième cycle d'études

2) Les autres professionnels de la santé (sage-femme, kinésithérapeute, cadre infirmier, infirmier, aide-soignant, diététicien...) impliqués dans les soins aux patients porteurs ou à risque d’escarre

3) Les autres professionnels concernés par les escarres, les moyens de prévention ou de traitement

Les candidats devront envoyer un dossier présentant leurs formations initiales ou continues antérieures, leurs expériences professionnelles sous forme de CV et leurs motivations. Au vu de ce dossier, le conseil pédagogique de l’enseignement statuera sur les demandes d’inscription.

Les pièces à fournir sont un CV et une lettre de motivation.


Modalités du contrôle des connaissances :

 

- Assiduité à l’enseignement : l’assiduité est obligatoire. Elle conditionne l’autorisation à passer les examens. La présence aux cours étant obligatoire, un certificat médical justifié sera demandé pour toute absence.

- Le contrôle des connaissances se fait par écrit : un examen (noté sur 20) comprenant des questions rédactionnelles de deux heures and la production d’un mémoire (noté sur 20) qui peut porter sur la pratique professionnelle du candidat, une analyse bibliographique, un travail clinique ou expérimental.

La note doit être égale au moins à 10 dans chacune des deux épreuves pour obtenir le diplôme.

 

Modules "Prévention et prise en charge des escarres" / Inscriptions

Pré-inscriptions :

Obtenir l’accord écrit du coordinateur d’enseignement, Dr Bérengère FROMY
envoyer par courrier électronique vos CV et lettre de motivation à : DUescarres@univ-lyon1.fr

Tél.
04 72 72 26 92 ou 04 72 72 26 86

Inscriptions sur :
www.univ-lyon1.fr
(spécialités médicales) de juillet à octobre 2022

Les jeudis de la SFE - juin 2022

Soins curatif : cas cliniques

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

 

Renseignements :

Valérie Renaudin
valerie.renaudin@tmsevents.fr
06 72 84 81 56

Les jeudis de la SFE - mai 2022

Recommandations pour la prise en charge des escarres du talon

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Les jeudis de la SFE - mars 2022

Gestion d’un parc de matelas dans un établissement de santé

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Les jeudis de la SFE - février 2022

Évaluation des risques d’escarres en établissement ou à domicile : point de vue des soignants

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Les jeudis de la SFE - décembre 2021

Y a-t-il une place pour la télémédecine en éducation thérapeutique ?

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Les jeudis de la SFE - novembre 2021

Y a-t-il une place pour la télémédecine en éducation thérapeutique ?

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Les jeudis de la SFE - octobre 2021

Y a-t-il une place pour la télémédecine en éducation thérapeutique ?

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Outil pratique de prévention des escarres

Bandeau outil pratique de prévention des escarres

Chers collègues soignants,

 

La Société Française de l'Escarre a le plaisir de vous communiquer un outil pratique de prévention des escarres adapté à la pandémie COVID, utilisable aussi pour tous les patients.

Le but est de vous aider à gagner en temps et en efficacité.

Ce sont 4 check lists de prévention avec un socle commun, déclinées par spécificité de lieu de prise en soins : services de Médecine ou Gériatrie/ EHPAD-USLD/ Domicile/ Réanimation.

Pour découvrir ces check lists que vous pouvez utiliser, en format papier, imprimable, affichable, et/ou en format numérique personnalisable au niveau des contacts et commentaires :


cliquez ici

 

STOP ESCARRE,  Restons engagés mobilisés et solidaires !

Logo ESCARRE

Les jeudis de la SFE - septembre 2021

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Les jeudis de la SFE - juin 2021

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Les jeudis de la SFE - mai 2021

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

 

Renseignements :

Valérie Renaudin
valerie.renaudin@tmsevents.fr
06 72 84 81 56

Les jeudis de la SFE - mars 2021

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Les jeudis de la SFE - février 2021

 

Accéder au replay (sur inscription gratuite)

Webinaire Escarre et Covid

 

La Société Française de l’Escarre a proposé en distanciel, une heure sur le thème « Escarre et COVID ».

 

Voir le replay

 

Télécharger la présentation

 

Lire l'article de presse

La Société Française de l'Escarre sur les réseaux sociaux

PERSE DEVIENT SOCIETE FRANCAISE DE L'ESCARRE

Les escarres en fin de vie

Article extrait de la Revue "ESCARRE N° 67"- Septembre 2015

Les escarres en fin de vie

F. BALLIET1 - A. CHAYVIALLE2
1 Infirmière experte en plaies et cicatrisations et en prise en charge de la douleur
2 Gériatre


1. INTRODUCTION

L’escarre est la traduction cutanée de processus pathologiques complexes témoignant d’un affaiblissement extrême de l’organisme dans plusieurs domaines : état nutritionnel, statut cognitif, mobilité, continence… Ces défaillances peuvent survenir dans un contexte aigu et la restauration d’un état général satisfaisant, associée à des soins adaptés, entraînera bien souvent la cicatrisation des escarres. Mais le plus souvent, elles surviennent sur un terrain déjà fragilisé pour lequel il est difficile de corriger tous les facteurs de risque qui ont abouti à l’apparition des escarres. Se pose alors la question de l’orientation à donner aux soins prodigués : ont-ils pour objectif la cicatrisation de la plaie ou une prise en charge "palliative" de celle-ci ? Dans le premier cas, on aura recours aux thérapeutiques dites "agressives" en termes de détersion, mobilisation, renutrition. Dans le deuxième cas, l’objectif principal sera la qualité de vie du patient.

 

2. IDENTIFIER LE PATIENT À FAIBLE POTENTIEL DE CICATRISATION

L’escarre est une plaie fréquente en "fin de vie", bien que ce terme ne soit pas clairement défini du fait de la pluralité des situations qu’il recouvre. Sa prévalence serait de 14 à 28% selon les données du NPUAP. Selon une étude canadienne (1), c’est la plaie la plus fréquente des patients en fin de vie, devant les plaies traumatiques, les plaies cancéreuses et les plaies trophiques. Chez ces patients, un faible taux de cicatrisation complète est observé pour les ulcères de stade 1, 2 et 3 (respectivement 19, 10 et 7%) alors qu’aucune escarre de stade 4 ne parvient à cicatriser. L’orientation vers une prise en charge "palliative" des plaies peut paraître évidente dans certains cas : phase terminale d’une maladie incurable (oncologique ou non), ulcère artériel chez un patient dont la revascularisation a été récusée. Mais le soignant est fréquemment face à des patients âgés, polypathologiques, dont le potentiel de cicatrisation est faible et chez lesquels il serait intéressant d’avoir recours précocement à des soins privilégiant la qualité de vie. Comment identifier ces patients ? Peu d’outils existent à l’heure actuelle. Une équipe canadienne (2) a montré qu’il existait un lien significatif entre un PPS score élevé et une cicatrisation complète des escarres de stade 2 chez des patients d’un réseau de soins palliatifs. Une autre équipe canadienne a montré une forte corrélation entre le PPS Score et l’échelle de Braden (3), largement utilisée pour évaluer le risque d’escarre. En conséquence, on peut supposer qu’un patient présentant déjà des escarres et un faible score à l’échelle de Braden a non seulement un fort risque de constituer de nouvelles plaies mais également un faible potentiel de cicatrisation des plaies existantes. Le PUSH Score semble également être une aide intéressante pour identifier les patients peu propices à une cicatrisation (4). Il existerait un potentiel de cicatrisation complète chez les patients dont le PUSH Score est initialement bas, et en cas de diminution rapide de ce score dans le temps. Ceci corrobore une étude menée par van Rijswijk (5) qui montrait qu’en cas d’escarres de stade 3 ou 4 dont la taille ne diminuait pas de 45% après 2 semaines de traitement ou de 77% après 4 semaines, il était nécessaire de réfléchir à une orientation palliative de la prise en charge de la plaie. Ce même auteur, dans une autre étude (6), indique que les principaux facteurs de risque de non-cicatrisation d’une escarre de stade 3 ou 4 sont un mauvais état nutritionnel de base et une faible diminution de la taille de la plaie au bout de 2 semaines malgré des soins adaptés.

... / ...